12/03/2017

Le harcèlement de rue, ça suffit !

Le 7 mars, le  Conseil municipal a accepté à une grande majorité la motion déposée par les Verts « Le harcèlement de rue » afin de mettre en place au plus vite des actions concrètes pour lutter contre ce fléau omniprésent grandement banalisé qui rabaissent principalement les femmes et les personnes LGBT de tous âges et de toutes origines.

Les études montrent que ce phénomène est très fréquent. A Lausanne, fin 2016, 72 % des femmes de 16 à 25 ans interrogées ont été harcelées ; 63 % d’entre elles ont été insultées et 32 % ont subi des attouchements non consentis.

Le harcèlement de rue, ce sont les sifflements, les commentaires déplacés, les interpellations ou les insultes, voire les attouchements non consentis faites majoritairement par des hommes de tous âges et de toutes origines. Non ce n’est pas de l’humour, non ce n’est pas des compliments, et non ce ne sont certainement pas de la drague car la drague est une main tendue, le harcèlement est une main qui s’abat. Leurs répétitions ou leur violence génèrent un fort sentiment de mal-être et d’insécurité chez les personnes harcelées. Ces violences portent une atteinte inacceptable à la dignité et à la liberté de plus de la moitié de la population en la contraignant à  modifier son comportement et à limiter son utilisation de l’espace publique. Cela doit cessez !

Le harcèlement de rue est un fléau qu’il faut maitriser afin que l’éradique en modifiant les mentalités à long terme car il est inadmissible que chaque jour, des femmes et des personnes LGBT soient humiliées notamment par des propos injurieux, subissent des attouchements dans les transports publics, renoncent à la pratique sport ou évitent de se promener dans certains lieux afin de ne pas être agressées  verbalement ou physiquement.

Le harcèlement de rue est dénoncé depuis les années septante, ce n’est donc pas un problème lié à l’immigration, mais un problème relatif à la reproduction de comportements qui imprègnent tellement la société qu’il est devenu invisible et banalisé par un grand nombre de personnes dont des femmes qui ont appris « à faire avec » en adoptant très tôt des comportements pour éviter le pire. Cela suffit, cela doit cessez !

En acceptant la motion « Le harcèlement de rue », le politique a donné un signal fort : les autorités communales doivent se doter, en concertation avec le Canton, des moyens pour bannir les comportements irrespectueux par des actions concrètes qui protègent et soutiennent les personnes victimes du harcèlement de rue sans les stigmatiser, par exemple par la mise à disposition d’une application smarphone pour alerter les proches d’une agression ainsi que par des actions qui modifient les mentalités durablement notamment par des campagnes de prévention régulières,  par des formations aux publics cibles afin qu’une personnes victimes du harcèlement de rue soient soutenues adéquatement, par des formations pour savoir réagir de manière non violente et constructive aux comportements agressifs et, pour finir par des amendes pour les actes afin de signaler clairement qu’ils ne sont pas tolérés par la société.

 

 

12:21 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

L`aggression sexuelle physique (viol, attouchements) pas de probleme, c`est définissable et il y a des lois contre. L`aggression "verbale" par contre est bien plus délicate a définir et aussi tres "culturel": pour un homme du sud, par exemple, siffler une inconnue ou la complimenter est, de son point de vue, un hommage. Il y a bien-sur les insultes sans équivoque, mais c`est déja une catégorie pénale. Ergo, l`égalité des genres oui mais faudrait pas pousser le bouchon de la répression dans des eaux trop glauques pour y voir clair.

Écrit par : jean jarogh | 12/03/2017

Mon dieu que votre monde est moche ! on se croirait presque dans une unité psychiatrique pour délinquants juvéniles
Je dis votre monde car ne sortant plus préférant faire mes nettoyages ,tricoter et pâtisser et me faire livrer mes commis par des petits commerçants ayant survécu aux griffes des grandes surfaces
Mais on sait aussi que pour moins attirer les regards il suffit de ne pas trop se faire remarquer ce que les Féministes n'ont sans doute pas encore compris
Très bonne journée

Écrit par : lovejoie | 13/03/2017

Il est normal que les femmes souhaitent sortir dans la rue sans etre emmitouflées jusqu`aux yeux dans un sac a patates afin de ne pas attirer les commentaires lubriques des machos de service. Simplement, il n`est pas réaliste de vouloir pénaliser ce genre de commentaire, ne serait-ce que parce`que la maréchaussée a déja bien assez a faire avec les vrais délinquants. Rien n`est parfait en ce monde et c`est peut-etre bien ainsi.

Écrit par : jean jarogh | 13/03/2017

A mon sens, chacun-ne devrait savoir se défendre. Donner des cours gratuits ou subventionnés au jeunes filles pour savoir se défendre devrait pouvoir se faire. Au sens plus large, je pense que l'armée devrait pouvoir accueillir chaque citoyen souhaitant savoir se défendre et apprendre la base du relationnel en cas de conflit entre des individus. Des cours quant à la survie en nature pourrait aussi être donné. Cela serait utile à tous-es. Et donnerait une utilité à l'armée dans la vie quotidienne des citoyen-nes.

Écrit par : Riro | 13/03/2017

Les commentaires sont fermés.